masturbation

Tu ne sais pas ce qu’est la masturbation ? Tu cherches de nouvelles techniques à expérimenter ? D’ailleurs, tu n’as peut-être même pas conscience que tu as des pratiques masturbatoires. On fait le point dans cet article. 


J’ai rencontré beaucoup de femmes principalement qui me disaient s’être masturbées très tard, parce qu’elles ignoraient qu’une femme pouvait se masturber ! La masturbation est un sujet beaucoup moins tabou auprès des hommes, qui hésitent moins à parler de leurs “branlettes” que leurs comparses. Autrement dit, dès qu’on a une vulve, il devient beaucoup plus compliqué et gênant d’aborder ces questions.

Je vais le faire aujourd’hui avec toi pour décomplexer tout le monde. Déjà, sache que presque toutes les femmes se masturbent, même ta mère, ta grand-mère et ta sœur oui oui. Le site Madmoizelle a publié un article avec des statistiques de l’IFOP au sujet de la masturbation en France. Je te laisse le découvrir, si ça t’intéresse ! En tout cas, mon article s’adresse autant aux personnes à vulves qu’aux personnes à pénis.

SPOILER ALERT : non la masturbation n’est pas honteuse ! C’est un moment sacré pendant lequel tu peux te connecter à ton corps ♥

 

 

1. Créer un environnement propice

Mauvaise idée de commencer une séance d’onanisme (comprendre : masturbation) en sachant qu’on est déjà en retard au boulot. Déjà, parce que tu vas être encore plus en retard, mais qu’en plus tu seras stressé.e et tu prendras moins de plaisir ! Pour optimiser ce moment, il faut donc réunir quelques conditions importantes :

  • Avoir le temps : choisis un moment pendant lequel tu ne penseras pas à tout ce que tu dois faire dans la journée. L’idée c’est d’être dans le moment présent et de se dé-tendre. Même si une petite pause masturbatoire peut être très relaxante entre deux dossiers importants, en général, c’est plutôt anxiogène.

 

  • Tu es seul.e chez toi ou dans une pièce fermée à clef et bien isolée. Les fenêtres sont fermées et tu sais que tu n’attends personne dans les minutes à venir.

 

  • Tu en as envie et tu ne le fais pas sous pression, parce que tout le monde le fait et que tu as peur d’être à la ramasse.

 

  • Tu es excité.e ! Essayer de se masturber à froid en s’imaginant que c’est un truc magique et instantané, c’est vouer sa séance à l’échec et à la déception. Tu peux imaginer un scénario érotique dans ta tête, regarder un hentai, un film pornographique ou encore lire une nouvelle érotique afin de te stimuler.

Se masturber, c’est chouette, parce qu’en plus d’en retirer du plaisir, tu en retireras une meilleure connaissance de ton corps. Lors de rapports sexuels avec une tierce personne, tu seras alors beaucoup plus en mesure de lui indiquer ce qui te fait grimper aux rideaux.

 

2. Se caresser

Si tu as une vulve, tu peux : 

  • Tapoter le bouton du clitoris directement ou indirectement avec le doigt
  • Tracer de petits cercles sur le bouton du clito
  • Effectuer des va et viens sur toute ta vulve
  • Utiliser le jet du pommeau de douche au contact de ton clitoris un peu comme un sextoy en fait

Pour la position, sens-toi libre de choisir celle qui te plait le plus :

  • Allongé.e sur le dos, les jambes tendues
  • Allongé.e, les jambes écartées
  • A quatre pattes
  • Accroupi.e

Cette liste n’est pas exhaustive, je te donne quelques idées à titre indicatif, mais c’est à toi de trouver les positions et les techniques qui te plaisent le plus ! Il faut que tu essayes différentes choses afin de déceler celles qui te donnent le plus de plaisir. Essaye de toucher ton clito avec le doigt en l’humidifiant avec ta salive, que ressens-tu ? Est-ce que ça te fait du bien ?

Si tu as un pénis, tu peux :

  • Caresser tes testicules
  • Titiller ton gland du bout des doigts
  • Effectuer des va-et-viens sur le long de la verge ou juste au bout plus ou moins rapidement
  • Effectuer ces va-et-viens avec toute la main, les deux ou seulement quelques doigts
  • Caresser ton frein

Pour la position, encore une fois, il n’y a pas de normes : 

  • Allongé.e
  • Assis.e
  • Accroupi.e
  • A quatre pattes (si tu es hétéro, tu ne te transformeras pas en gay hein)
  • Sur les genoux

Il faut que tu débutes tes moments masturbatoires sans a prioris, en te disant que c’est un moment relax, cool et que tu n’as pas de but particulier. L’orgasme n’est pas forcément le but et peut-être que tu n’en auras plus envie en cours de route. Pas de soucis, tu n’as pas à te forcer. Vas-y à ton rythme. Tu es seul.e avec toi-même !

De plus, la masturbation ne se concentre nécessairement pas sur le sexe : n’hésite pas à te caresser les tétons, la poitrine, les cuisses… Sens-toi libre.

 

3. Et si on rentrait des doigts ?

Peut-être que tu auras envie de rentrer quelques doigts dans ces charmants orifices que sont les tiens. Avant toute introduction et même pendant ta masturbation, veille à être suffisamment lubrifié.e : tu ne dois pas avoir mal. Tu peux utiliser ta salive, ta cyprine si tu en produis suffisamment, de l’huile de coco (mon article ici) ou un lubrifiant du commerce. Je n’ai pas encore écrit d’articles sur les lubrifiants du commerce, mais veille à le choisir soigneusement. Certaines substances ne sont pas top top au contact de ton sexe ! (ou de la planète)

Tu peux bien sûr te doigter si tu as un vagin. 

Essaye d’abord avec un doigt, en y allant petit à petit et en restant à l’écoute de ton corps. Si tu as mal ou que ça ne te plait pas : arrête. Tu peux combiner cette pratique à une autre stimulation. Par exemple, essaye d’insérer un doigt tout en continuant à toucher ton clitoris. Une fois que tu auras passé un doigt, fais connaissance avec ton intérieur : les différentes textures, la forme de ton vagin… Essaye de titiller ton vagin avec ton doigt en le bougeant de droite à gauche ou de bas en haut. Teste les va-et-viens… Bref. Teste des trucs sans pression !

A deux phalanges de l’entrée du vagin se trouve généralement un point un peu plus sensible que les autres. Il est particulièrement en contact avec les racines du clitoris chez beaucoup de personnes à vulves. Essaye de le trouver et de le stimuler !

Tu peux également tester le plaisir anal. 

Quand tu as un clitoris : ton clitoris n’est pas si éloigné de ton rectum et il peut être stimulé par pénétration anale. Le rectum et l’anus sont également des zones innervées et sensibles. Tu pourrais donc en tirer du plaisir. N’oublie pas cependant de bien lubrifier tes/ton doigt.s, car ton rectum ne se lubrifie pas contrairement à ton vagin. Vas-y en douceur, comme pour n’importe quelle autre pénétration.

Quand tu as une prostate, un pénis : sache que ta prostate qui se situe à environ deux phalanges (vers le ventre) de l’entrée de ton anus est très sensible. Elle peut te donner un orgasme et beaucoup de plaisir. Je te laisse suivre les conseils donnés ci-dessus : y aller en douceur, à l’écoute de soi et bien lubrifié ! Je te laisse le guide d’Adam gratuit et très chouette pour découvrir l’orgasme prostatique et devenir une personne multi-orgasmique ! Tout un programme. ♥

4. Utiliser un sextoy pour varier les plaisirs

La thématique est large. Les sextoys sont de plus en plus divers et leur nombre ne cesse d’augmenter. Nous assistons à une réelle épidémie de sextoys… Tu ne peux donc que trouver sextoy à ton cul. (c’est un remix de “trouver une chaussure à son pied” hm hm…)

Je t’en cite quelques uns, mais clairement, cette liste n’est pas exhaustive. Si tu veux des reviews sextoys et que tu ne sais pas si c’est pour toi, je te laisse avec les chaînes de Clemity Jane et Msieur Jérémy.

Les stimulateurs clitoridiens : utilisés pour stimuler le gland du clitoris avec un système de rotations électriques et des embouts divers, par exemple. Ou par aspirations d’air.

Les plugs anaux : des sextoys conçus spécifiquement pour le plaisir anal, avec une butée au bout qui permet au sextoy de ne pas s’enfoncer dans le rectum. Sinon, tu devras aller aux urgences pour te le faire enlever. Si le vagin ne dépasse pas 10 cm et se termine par le col de l’utérus qui fait barrage, le cul, lui, est sans limites. Tu ne veux certainement pas te retrouver avec un gode dans les intestins…

Les rabbits : des godes qui permettent la pénétration vaginale ET la stimulation du gland du clito en même temps. Ils ont un peu une forme d’oreilles de lapin, d’où le nom.

Le cockring : (traduire : anneau de bite) maintient l’érection un peu plus longtemps, exerce une pression au niveau de la base de la verge, peut être utilisé en couple pour stimuler le clitoris et peut être vibrant également !

L’offre est très variée ; donc je t’invite à te renseigner sur le net et les chaînes youtube que je te conseille si tu as envie d’en savoir plus !

 

5. La technique du frotti-frotti

Je lui consacre une partie à part, car beaucoup de personnes ignorent qu’il s’agit de masturbation : se frotter contre son oreiller ou son matelas ou autre, c’est bien se masturber. Bon, bien sûr, je ne parle pas de frotter sa joue, mais bien sa vulve et son clito. Je ne sais pas si les personnes ayant des pénis sont également pratiquantes du genre, mais sachez que c’est une technique comme une autre.

Il n’y a pas de moins bonnes ou de meilleures techniques. Les meilleures ce sont celles qui te donnent le plus de plaisir.

 

6. Crie, souffle, crie, souffle !

C’est mon petit cadeau de fin d’article. Se masturber implique de pouvoir se détendre, se détendre implique de pouvoir accueillir des émotions, parfois très fortes. La masturbation libère les énergies, débloque le corps. Pendant que tu te touches, tu peux donc ressentir de la colère, de la frustration, de l’amour, de la tristesse… Il est important de les laisser S’EXPRIMER pour encore mieux vivre cette expérience et jouir un max.

Alors, si tu en ressens le besoin, je t’invite à crier, pousser des petits cris, des gémissements, des râles… Oui, même si tu es un homme et que tu trouves ça féminin. Juste do it. Ça va décupler tes sensations et te permettre de les vivre avec intensité. Les cris ne sont pas l’apanage des femmes : il est important que peu importe ton genre, tu laisses ton désir s’exprimer en toute liberté.

Les sensations diffèrent également en fonction de ta respiration. Essaye de prendre de grandes bouffées d’air et vois l’impact sur ton corps. Est-ce que tu te sens plus détendu.e ? Est-ce que ton plaisir varie ? Essaye de respirer en saccade, voire comme le conseille Nina Luka, de tousser ! Est-ce que tu observes des différences de plaisir ?

J’ai découvert sa vidéo récemment et elle a plein de choses à te raconter, très sympathiques !


C’est déjà fini ! Tu n’as pas eu trop chaud ? Et toi, c’est quoi tes petits tips ? ♥

Reçois des conseils sexo bienveillants dans ta boîte mails !
Je ne revends pas tes données et utilise ton adresse mail pour t'envoyer les nouveaux articles ainsi que des offres commerciales en rapport avec mon blog. Tu peux te désabonner à tout moment.

Written by 

4 thoughts on “Masturbation : 5 techniques pour se faire du bien

  1. Bonjour,
    Toujours aussi agréable de lire tes articles;
    La masturbation, un sujet sérieux et important, à tout âge, j’insiste, important, traité à la fois avec sérieux et légèreté…
    Que du plaisir …

  2. c’est un autre débat, mais la masturbation peut aussi faire l’objet d’un plaisir partagé… why not?
    bon, moi j’dis ça, j’dis rien 😉 ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *