il est nul au lit, je le quitte

Socialement, on trouve de bonnes et de mauvaises raisons de se séparer. Le sexe n’en fait pas partie, surtout pour les femmes. Si tu n’es pas satisfaite au lit, c’est que certainement, tu as un problème avec le sexe. Sortir du préjugé et admettre de ne pas être épanouie est parfois un parcours complexe.


Aujourd’hui, j’ai retrouvé Maria pour discuter avec elle de sa rupture motivée par son insatisfaction sexuelle. J’ai voulu comprendre ce qui avait causé ce déséquilibre entre eux, mettre en lumière une histoire que je sais courante et la partager avec toi pour qu’on sexplique !

[Masha] Tu es donc sortie avec ce garçon pendant deux ans, c’est ça ? Comment c’était ? 

[Maria] C’est exact ! Au début, c’était chouette et puis petit à petit de nombreux problèmes ce sont accumulés, surtout sexuellement. C’est là que j’ai compris que la communication n’était pas égale entre nous. Nos rapports pouvaient durer très longtemps sans qu’il n’éjacule ! C’était génial… au début.

Au début, c’est-à-dire ? 

J’ai toujours vu l’éjaculation comme le summum du plaisir masculin. Pour moi, le faire éjaculer, c’était le faire jouir et c’était donc valorisant. Comme il n’éjaculait jamais, je me suis persuadée que j’étais nulle au lit. Lorsque j’ai enfin décidé d’aborder le sujet avec lui, il m’a expliqué qu’il avait des orgasmes ! Jamais je n’aurais pu le deviner : il était si peu expressif.

orgasmes-femmes-hommes

Vos rapports ont toujours été comme ça ? Vous n’avez jamais réussi à communiquer librement au sujet de votre sexualité ? 

Je crois que nous n’avons jamais pu communiquer suffisamment autour du sexe. J’ignore encore pourquoi… Nous avons eu notre apogée : à la montagne, loin du reste du monde, on a passé la semaine à baiser ! Et puis, quand on est rentré, tout est parti en vrille, parce que tout le stress est revenu.

Tu as réalisé que tu n’étais pas épanouie dans ta relation à ce moment là ? 

Je l’ai compris et difficilement. J’étais en période de partiels et lui faisait tout pour m’éviter. Nous habitions dans la même ville et pourtant, nous ne nous sommes pas vus pendant un mois ! Il m’a même proposé une relation à distance, tu te rends compte ?

Ca a commencé à me peiner et ma peine lui a mis la pression. Il a eu des problèmes d’impuissance petit à petit à partir de ce moment là. A la fin, nous ne pouvions plus avoir de rapports avec pénétration.

Tu n’as pas essayé de régler le problème avec lui, de lui dire tes sentiments ? 

Je pensais que c’était une mauvaise passe, que nous allions nous en remettre ; donc j’ai développé une sexualité de mon côté. Je fantasmais énormément sur lui et j’appréciais partager avec lui mes envies. Sauf qu’il détestait ça ! Il ne supportait pas que je le sexualise et m’incitais à fantasmer sur d’autres mecs. Il trouvait mes idées sales et inintéressantes. Il refusait même de me pénétrer avec un sextoy… C’est devenu compliqué.

On dirait qu’il ne se sentait pas concerné par votre sexualité. Tu penses qu’il était asexuel ? 

C’était ambigu. Il était un grand masturbateur compulsif et complètement accro au porno. Il avait d’ailleurs son monde bien à lui : il passait plus de temps avec sa console qu’avec moi ! Je pense que la sexualité à deux ne l’intéressait pas. Il ne remarquait aucun de mes efforts pour l’exciter : petite robe, maquillage… Mais ne se privait pas de me faire remarquer un poil de trop sur mon sexe.

Comment tu as fait pour rester si longtemps avec lui ? Tu avais l’air malheureuse.

Je culpabilisais énormément de ne pas être assez désirable, assez sensuelle, assez performante… J’ai beaucoup pris sur moi et j’ai compris plus tard que lui aussi. Il était véritablement angoissé par le sexe avec moi. Il s’excusait de ne pas me toucher, alors que je lui avais toujours affirmé qu’il n’y avait aucune obligation, aucune pression à faire l’amour.

Comment votre relation s’est-elle terminée ?

Il devait venir à une fête de famille et je devais ensuite aller à la sienne. Il a annulé, parce que la mise-à-jour de Monster Hunter (un jeu vidéo) tombait le même jour que ma fameuse fête de famille. Je l’ai tellement mal pris. Pendant cette soirée, j’ai réalisé en regardant ma sœur et son amoureux que je pouvais vivre une relation mille fois plus épanouissante. Une relation dans laquelle on s’épaule, où l’on se relaie : quand l’un ne peut pas, c’est l’autre qui assure !

J’ai donc annulé en retour sa fête de famille et prononcé officiellement notre séparation.

Comment est-ce qu’il l’a pris ?

Il m’a proposé de rester son sex friend, ironique, n’est-ce pas ?

Tu en retires quelles leçons ?

Je me suis trop oubliée. Je suis tombée au fond du trou : j’ai bu, j’ai fumé, je me suis scarifiée pour anesthésier ma solitude et ma souffrance. Je le regrette. Il ne faut jamais accepter de sombrer pour quelqu’un d’autre. L’adage “c’est pas ce que je voulais, mais ça ira” ne fonctionne pas. Je m’étais résignée à ne plus jouir quand même…

J’ai compris qu’une sexualité malheureuse était une raison valable pour quitter quelqu’un, même si on s’entend encore très bien avec cette personne. J’ai retrouvé le sourire le matin et le goût de vivre.

Aujourd’hui, j’ai décidé de ne plus m’épuiser dans une relation : nos relations sont faites pour nous nourrir, pas nous détruire.


Alors, on sexplique dans les commentaires ? Tu as vécu une expérience similaire ?

Written by 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *