soutiens-gorges-marre

Quand j’ai commencé à me débarrasser de mes soutiens-gorges, je me suis posée mille questions : que vont penser les gens ? Est-ce que ça ne fait pas vulgaire ? Je vais me faire insulter, non ? Si toi aussi, tu te poses toutes ces questions et que tu as peur d’enlever ton soutif, tu es au bon endroit ! 


Il y a quelques années, j’ai eu envie d’arrêter de porter des soutiens-gorges, parce que je me rendais compte, qu’une fois rentrée chez moi, mon premier réflexe était de me débarrasser de cette chose contraignante. J’étais loin de m’imaginer que porter un soutien-gorge pouvait même représenter un danger pour ma santé !

Le port du soutien-gorge est dangereux pour la santé

Ce n’est pas moi qui le dis, mais une étude sérieuse que vous trouverez en cliquant ici ! La conclusion de l’étude est sans appel :

In conclusion, this study demonstrated the existence of a relationship between the use of a tight bra when associated with an increased number of hours wearing it and the risk of breast cancer among pre- and post- menopausal women. This result was observed even after multivariate analysis was performed with confound factors. In addition, the study revealed new data that may help to better elucidate the risk factors for breast cancer and to prevent this disease,which has increasing incidence in developing countries [3,15,35] and is one of the biggest killers of women worldwide [1-3].

Ce qui veut dire que l’étude démontre l’existence d’une relation entre l’usage du soutien-gorge (porté plusieurs heures par jour) et le risque de développer un cancer du sein pour les femmes avant et après leur ménopause. […]

De plus, l’étude a révélé de nouvelles données qui pourraient aider à élucider les facteurs à risques du cancer du sein et comment prévenir son apparition qui se développe énormément dans les pays développés et qui est l’un des plus grands tueurs de femmes dans le monde.

Je ne suis pas traductrice assermentée ; donc c’est approximatif. Si tu veux affiner ma traduction, je prends avec plaisir !

Les soutiens-gorges n’affermissent pas les seins

Contre toute attente, les soutiens-gorges fragilisent les seins et accélèrent la chute des seins. Nos seins tombent petit à petit à partir de 25 ans. Il s’agit d’un processus normal que toutes les femmes vivent différemment, mais porter des soutiens-gorges est loin de préserver ta poitrine du vieillissement !

Une étude menée sur 50 volontaires sportives montre l’évolution de leurs poitrines après l’arrêt du port du soutien-gorge. Voici un petit résumé de ce qui est dit :

Le sein est en fait suspendu comme un sac de billes ! Le sein n’a pas de muscle intrinsèque, mais il tient quand même grâce à quequchose hein Monique ?! Eh oui, grâce à un muscle du cou (OUI), la peau et des ligaments. (voir vidéo pour plus de détails)

On parle depuis des siècles des vergetures sur les cuisses ou sur le ventre, mais depuis très peu de temps des vergetures mammaires. Pour tout vous dire, on en parle seulement depuis l’apparition du soutien-gorge. Si cela ne signifie pas qu’il y a un lien de cause à effet, on peut tout de même s’interroger ! Si tu souhaites témoigner sur mon blog : n’hésite pas à te manifester !

 

Nous n’avons AUCUNE preuve scientifique sur l’utilité du soutien-gorge. On pense que le sein est fragile et qu’il faut le protéger des chocs et des mouvements brusques. RIEN ne prouve que le soutien-gorge va rendre tes seins plus beaux et plus fermes. En revanche, des dizaines d’études sont accessibles sur internet au sujet du danger du port du soutien-gorge !

Si le sein est encapsulé dans un soutien-gorge lors d’un choc : le risque de déchirement du sein augmente terriblement ! Les seins libres suite à un coup développent de plus petits hématomes que les seins entourés par un soutif !

Avec un soutien-gorge, tes seins tombent ! C’est prouvé scientifiquement. En trois mois, les résultats sont juste incroyables ! Je te laisse avec la vidéo que j’ai mentionnée plus haut. Toutes les références scientifiques sont dedans.

Le soutien-gorge : une évidence sociale

Je vais reprendre les mots de M. Rouillon qu’il emprunte lui-même à une gynécologue américaine dont je n’arrive pas à trouver l’orthographe du nom (mille excuses)* : pour le sein, il y a le confort physique (la douleur, la mobilité du sein) et le confort social (le regard de la société, l’injonction à porter un soutien-gorge).

En effet, se séparer de son soutien-gorge implique parfois de devoir faire face aux jugements et aux critiques des gens. Il y a une réelle injonction à porter un soutien-gorge : pour des raisons esthétiques, essentiellement. Le soutien-gorge nous fait croire que tous les seins ont la même forme, sont réguliers et avec leur effet push up, ils gagnent en volume.

Nos soutifs cachent également nos tétons. Il devient alors difficile de les assumer lorsqu’ils pointent ; un phénomène courant dans la rue après un frisson, un courant d’air ou une friction répétée du tissu sur le téton. Souvent associé à l’excitation sexuelle, le téton pointu est vulgaire et provoquant.

On sexualise beaucoup trop la poitrine des femmes et particulièrement leurs tétons, parce qu’ils sont invisibles. Les soutiens-gorges ne les dévoilent jamais, les mannequins en plastique dans les magasins de vêtements ont des poitrines lisses et, dans les publicités, on peut montrer tout le sein du moment que le téton n’est pas découvert. Notre société standardise le corps humain et veut des peaux lisses, j’en parle aussi dans mon article sur les vulves !

Nous ne sommes pas sur le même plan d’égalité que les hommes !

Tu as sûrement déjà croisé un homme torse nu ou un homme dont on pouvait discerner la forme de ses tétons dans la rue ! La gente masculine n’a pas à se soucier de ses tétons. Ils sont socialement tolérés. Leurs torses ne sont pas sexualisés et, en été, il n’est pas rare de voir des kékés garçons à moitié déshabillés. Peut-être que l’aspect érectile du téton est associé chez eux à une forme de virilité aux regards des autres… à creuser.

Tout comme les autres êtres humains de cette planète, nous sommes né.es avec des tétons et nous avons le droit de vivre tranquillement avec eux sans être inquiété.es. Nous ne devrions pas en avoir honte et encore moins les cacher si cela nous casse les ovaires de mettre des soutiens-gorges.

Franchir le cap du #nobra

NoBra, en français “pas de soutien-gorges”, est un mouvement, une attitude, un art de vivre (huhu) sans soutifs ! Je m’y suis convertie de façon irrégulière depuis 3 ans environ. Adolescente, j’avais des petits seins que je voulais un peu plus gros et que je voyais sûrement plus gros ; donc je portais des soutiens-gorges alors que c’était proprement inutile.

En réalité, je voulais devenir une petite femme et, pour moi, la féminité passait par ce genre d’attributs. Puis, mes seins ont pas du tout un peu poussé et, paradoxalement, j’en ai eu marre de mettre des soutifs. Je me suis rendue compte que mon premier réflexe en rentrant était d’ôter ce dernier et de masser ma poitrine, comme si j’avais été étouffée toute la journée.

Je pense que c’est socialement plus facile d’arrêter le port du soutien-gorge quand on a des petits seins. Pour ma part, j’ai eu très peu de remarques et jamais dans la rue. C’était essentiellement des personnes que je connaissais et avec qui j’ai pu dialoguer.

J’ai remarqué que mes seins étaient plus fermes, plus toniques et que les douleurs que je pouvais ressentir une fois mon soutien-gorge enlevé disparaissaient. Je peux courir, sauter, travailler et même écrire sur ce blog sans avoir mal aux seins ! YOUPI

En prenant un petit peu d’âge (tout en restant relativement très jeune), j’ai commencé à vouer une sorte de culte esthétique aux poitrines. C’est quand même hyper chouette, hyper beau, hyper doux et ça ne mérite pas d’être compressé inutilement dans des méli-mélos de baleines.


J’écrirai prochainement un petit guide pour se libérer des soutiens-gorges étape par étape ! Ça t’intéresse ? N’hésite pas à venir papoter dans l’espace commentaire !

 

*J’entends Mona Changol, mais je ne trouve rien sur internet. Je suis si nulle que ça ? 🙁

Written by 

2 thoughts on “J’en ai marre de mes soutiens-gorges !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *