arreter porter soutien-gorges

Je reviens en force cette semaine avec ma liste personnelle pour arrêter de porter des soutifs ! Tu en rêvais ? Je l’ai fait pour tes belles mirettes. Tu vas voir, c’est pas si compliqué de balancer ce bout de tissu oppressant !


Il y a quelques temps, j’évoquais dans mon article sur les soutiens-gorges tous les bienfaits qui surviennent lorsque l’on arrête de porter des soutifs. Peut-être que ça t’a éclairé.e et que tu désires dès à présent ôter cette armature de ta magnifique poitrine ? 

 

1.Les bonnes raisons pour se lancer

Il ne s’agit pas d’arrêter de porter des soutiens-gorges pour rentrer dans une case de vraie et bonne féministe, parce que les vraies féministes n’existent pas plus que les fausses. Porter ou ne pas porter de soutif reste un choix personnel

Tu peux prendre cette décision pour ta santé, pour l’esthétique, pour revendiquer politiquement la non sexualisation de ton corps… en fait, toutes les raisons sont bonnes et aucune ne prévaut sur une autre. 

Il s’agit de prendre ton temps et d’aller à ton rythme afin de ne pas fragiliser ta poitrine en la lâchant d’un coup non-stop alors que tu fais un bonnet D et que tu portes des soutiens-gorges depuis des années.

Au début, peut-être que tes seins seront un peu endoloris et que tu ressentiras des tiraillements, ce n’est pas grave et tout à fait normal s’ils sont supportables. Ne t’en fais pas, les douleurs ne restent pas longtemps. Perso, même avec mes ptits boobs, j’ai eu des sensations d’inconfort au début, qui disparaissaient généralement le lendemain.

Si tu y vas étape par étape et que tu habitudes doucement ton corps, tu ne ressentiras quasiment aucune douleur !

2. Se mettre à l’aise chez soi

Le défi débute à la maison : dans un environnement familier dans lequel tu n’auras pas peur d’être jugé.e.

  • Si tu ne le fais pas déjà, commence par enlever tes soutiens-gorges le soir en rentrant et les week-ends lorsque tu es chez toi. Cette étape est importante, car elle va t’aider à prendre confiance et à pouvoir switcher du soutif au non soutif rapidement si jamais tu ne te sentais plus très à l’aise.
  • Bien entendu, la nuit, il n’est pas question de s’encombrer d’un soutien-gorge. Si tu as une forte poitrine, vas-y par pallier successif : d’abord une heure chaque soir, puis deux…

3. Se regarder nu.e

Prends le temps de te mater tous les soirs dans ton miroir !

  • Ma petite technique pour apprendre à s’aimer consiste à se procurer un carnet secret dans lequel tu noteras chaque soir trois choses que tu aimes physiquement chez toi. Place toi devant ton miroir tout.e nu.e, admire toi en détails, regarde particulièrement l’évolution de tes seins, la courbe de ton corps, le petit grain de beauté au creux des reins, tout ce qui fait ta singularité en fait ! Et note trois aspect physiques positifs.
  • Attention ! veille à noter uniquement TROIS choses POSITIVES ! Tu verras, dans quelques semaines, tu seras super heureux.se de ré-ouvrir ce carnet et d’y lire tes notes.

4. Refuser les armatures

L’étape suivante de notre programme : bannir les armatures de sa garde-robe. Principale source de souffrance, ces dernières souvent inutiles exercent une forte pression sous les seins et occasionnent des douleurs chez de nombreuses personnes.

  • C’est donc naturellement que je te propose pour commencer d’adopter des soutifs sans armatures comme des brassières ou des soutiens-gorges avec des élastiques. La transition sera plus douce en milieu professionnel et dans la vie quotidienne si tu crains le regard des autres.
  • La transition sera également plus douce si tu as une forte poitrine, afin de ne pas lâcher d’un coup ta poitrine. Encore une fois, il n’est pas question de se faire souffrir, mais bien d’y aller doucement afin de vivre son corps comme tu le souhaites !

Tu peux passer cette étape si tu te sens déjà prêt.e à sortir sans soutif !

5. Sortir sans soutien-gorge

Ma plus grande peur était que tout le monde me juge et me fasse des remarques sur mes seins. En fait, jusqu’à présent, je n’ai JAMAIS eu de critiques négatives vis-à-vis du fait que j’ai arrêté de porter des soutiens-gorges, que ce soit au travail ou dans la rue.

Cela fait 2 ans environ que j’ai arrêté de porter régulièrement des soutiens-gorges et je me porte comme un charme !

  • En commençant à sortir sans soutif tu vas sûrement ressentir de nouveaux tiraillements le temps que ta poitrine s’adapte. C’est tout à fait normal. Évite de faire du sport sans brassière au début et pratique des activités soft : se balader en ville, faire ses courses…
  • Une autre astuce qui m’a donné du courage : sortir sans soutif, mais seulement avec mes copines au début pour me sentir en confiance et bien entourée.

6. Vaincre le regard d’autrui

J’ai la chance d’avoir une famille plutôt progressiste et des ami.es féministes, mon entourage ne m’a donc jamais posé problème, mais lorsque je sortais j’avais très peur des réflexions que l’on pouvait me faire.

C’est tout à fait normal de craindre la bêtise des autres quand on voit la société dans laquelle nous vivons.

  • Seulement peu de personnes remarqueront le changement. Particulièrement si tu commences en hiver où tes seins seront sous plusieurs épaisseurs de vêtements.
  • Si l’on voit tes tétons à travers ton habit et que l’on te fait une remarque, explique que ta poitrine n’a pas à être sexualisée ni critiquée. Les tétons des hommes ne gênent personne ?! Tout cela est affaire de normes sociales. Fut un temps où les hommes portaient des maillots de bain une pièce, car leur nudité était indécente.
  • Oui, on va voir la vraie forme de tes seins et c’est normal. Quasiment toutes les femmes ont des seins et tous sont différents, asymétriques, singuliers. Il n’y a aucune honte à être qui tu es.

Concernant le débat autour de la nudité féminine, parce que OUI, ça fait débat, je t’invite à consulter cet article sur les tétons sur le blog Nouveaux Plaisirs que j’apprécie beaucoup !

7. Faire du sport en #freeboobs

La dernière étape de ce parcours vers une libération du boob : le SPOOOORT ! Si tu arrives déjà à monter des escaliers sans avoir besoin de tenir ta poitrine, tu es sûrement prêt.e à passer le cap !

  • Tu peux commencer par des sports en solitaire pour te familiariser tranquillement avec les mouvements de ta poitrine, adopter des vêtements qui maintiennent un peu afin de ne pas être physiquement gêné.e et masser régulièrement tes seins après une séance de sport. Dans tous les cas, les massages c’est chouette !
  • Ensuite, si tu te sens à l’aise, tu pourras passer aux sports collectifs dans des vêtements dans lesquels tu te sens bien : ça peut être un petit débardeur classique, une brassière de sport ou un vêtement slim qui maintient la poitrine, il n’y a pas à juger ! Tu fais comme tu le sens. Le but, c’est de te sentir bien, pas de souffrir !

Et voilà ce petit guide non-exhaustif est terminé. Je reprécise encore une fois qu’il ne s’agit pas de faire la morale et de ne forcer personne, surtout. L’idée c’est de se réapproprier ses seins en toute tranquillité et avec le plus de douceur possible !

Raconte moi ton expérience dans les commentaires ♥ Est-ce que tu as réussi à te passer de soutifs ?  Quels sont les problèmes majeurs que tu rencontres ? 

Written by 

2 thoughts on “Jeter son soutien-gorge en 7 étapes !

  1. Bonjour Masha,
    Je n’ai aucune difficulté à me passer de soutif, car j’ai toujours trouvé que c’était gênant, oppressant, donc je n’en mettait que pour sortir.
    J’ai des petits seins donc aucun soucis de poids, je peux faire du sport sans problème.
    Les rares fois où j’en porte, c’est avec des hauts blanc qui sont toujours trop transparents ou lorsque qu’ils font partie d’un ensemble sexy.

    1. Merci beaucoup pour ton témoignage ! J’en porte aussi quand mes vêtements sont hyper transparents ou que je veux m’amuser avec de la lingerie. L’idée c’est de s’amuser et de se sentir le mieux possible vis-à-vis de son corps. <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *