Avec toutes les démarches à effectuer, la peur de tomber malade, la honte parfois d’avoir eu un rapport non-protégé et toutes les informations que l’on peut trouver sur le net : on se retrouve vite confus.e. Laisse moi t’aider en répondant aux questions les plus fréquentes concernant le dépistage !

IST, MST, VIH, HEPATITE, faisons le point

C’est vrai qu’avec toutes ces appellations, on est vite perdu. Il ne faut pas confondre :
Le VIH : le Virus de l’Immunodéficience Humaine peut causer une maladie qui s’appelle le SIDA ( syndrome d’immunodéficience acquise). Il se transmet lors de rapports sexuels non protégés lorsque l’un des deux partenaires est porteur du virus ou lors d’un échange avec un objet coupant ou piquant souillé par du sang. Le risque de contagion du VIH par salive est nul.
En revanche, le sperme, les sécrétions vaginales, le sang et le lait maternel au contact des muqueuses – donc les endroits de ton corps qui laisseraient entrer l’un de ses fluides dans ton corps – peuvent te contaminer si la personne est porteuse du VIH.
♠ et les MST et IST : les Maladies Sexuellement Transmissibles, maintenant appelées INFECTIONS sexuellement transmissibles, sont une sorte de pack deluxe de l’enfer. Ces infections comprennent l’herpès génitale, la chlamydiose, la chaude pisse, le papillomavirus, la syphilis, les hépatites, les mycoses et la trichomonase. Que des noms bien sympathiques pour des choses très sympathiques………………..
Elles sont, de plus, très vicieuses, car il est possible de ne pas observer de symptômes et de passer des années avec l’une d’entre elles sans le savoir. Pas très sympa d’avoir une copine chlamydia dans le vagin, hein ?

Quand se faire dépister ? et pourquoi ?

Un dépistage est vivement conseillé dans les cas suivants :
  • Si tu envisages d’avoir un rapport sexuel SANS préservatif
  • Si tu as un doute, que tu penses avoir une mycose ou de l’herpès par exemple
  • Si tu as eu un rapport sexuel SANS protection et que tu ignores si ton / ta partenaire était porteur.se du VIH ou autres maladies
  • Parce que tu as besoin de te rassurer, que tu veux être bien sûr.e parce que tu es comme moi : un peu stressé.e de la vie !
  • Si tu as un rapport sexuel et que le préservatif a craqué BOUM
  • Et également dans le cas où tu as échangé une seringue avec quelqu’un et pas juste pour faire un échange comme on échange les cartes pokémons, mais bien s’il y a eu une piqûre dans ton épiderme avec du saaaang

    Télécharge le guiiide !
Sache, mon ptit Martin, que même si tu n’as jamais eu de rapports sexuels, tu peux tout de même être porteur ou porteuse d’une maladie sexuellement transmissible. Il est donc important que tu te dépistes avant d’enlever la capote lors d’un ébat très mouvementé. Se dépister, c’est prendre soin de soi et respecter ses partenaires. 
La plupart des IST (infections sexuellement transmissibles) ne sont pas très graves et se soignent rapidement une fois qu’elles sont repérées ; donc ne t’inquiète pas !

Comment faire ? Où aller ?

Pour se faire dépister que ce soit pour le VIH ou les IST, tu peux te rendre dans un centre de dépistage anonyme et gratuit (CeGIDD). Ils sont recensés sur le net.
Tu peux également en parler avec ton médecin traitant, ton/ta gynécologue ou ta sage-femme. Il ou elle te fera une ordonnance afin que  tu puisses faire une prise de sang dans un laboratoire. Certaines IST se repèrent après avoir examiné ton sexe. En fonction de la raison pour laquelle tu souhaites te dépister et des craintes que tu as, ton praticien ou ta praticienne te guidera vers les examens à passer.
Tu peux également trouver des renseignements et te faire dépister dans un planning familial. Des professionnel.les de santé te conseilleront et te guideront dans tes démarches. Idem que pour les centres de dépistage, en tapant “planning familial + ton département”, tu trouveras ton bonheur !

Comment ça se passe ? Quels sont les examens pratiqués ?

Pour dépister le VIH, il est nécessaire de faire une prise de sang. Tu n’auras pas besoin d’être à jeun. En revanche, si tu souhaites te dépister suite à un rapport à risque, cours dans un centre de dépistage dans les 48h qui suivent ce rapport. S’il y a eu risque effectif de contamination, tu auras accès à une thérapie d’urgence. Le mieux est bien sûr de s’y rendre accompagné.e par ton ou ta partenaire.
Quoi qu’il en soit, effectue des tests réguliers suite à un rapport à risque. On détecte avec beaucoup plus de certitude le VIH 6 à 9 semaines après la prise de risque.
Avec une prise de sang, on peut également détecter la syphilis et les hépatites.
Avec une analyse d’urine, on détecte la chlamydiae.

L’herpès, les mycoses et le gonocoque, ne doivent pas t’inquiéter à moins que tu aies des signes cliniques : picotements réguliers sur la vulve, brûlures pendant la miction, rougeurs / boutons autour des organes génitaux… Un examen des organes génitaux voire un prélèvement pourront confirmer la présence d’une IST.

Gratuit, anonyme ?

Le dépistage des IST et du VIH sont des actes médicaux tenus au secret médical. Si tu es mineur.e, tes parents ne seront pas mis au courant.
Lorsque tu te rends dans un centre de dépistage anonyme et gratuit, personne ne te demandera ton nom, ton prénom ou ta carte vitale. Un numéro te sera attribué à la place de ton nom.
Tu peux y aller durant les heures d’ouverture, sans rendez-vous, seul.e ou accompagné.e. Ton numéro te servira à venir récupérer tes résultats. C’est le médecin qui te les expliquera : tu ne seras donc pas tout.e seul.e.
Si tu te rends dans un laboratoire muni.e d’une ordonnance, le dépistage sera également gratuit sur présentation de ta carte vitale.

De quoi me protège le préservatif ?

Le préservatif te protège :
  • d’une grossesse non désirée 
  • des maladies sexuellement transmissibles sauf l’herpès et le papillomavirus : un simple frottement peut suffire à te contaminer
  • du VIH 
C’est la protection parfaite pour se prémunir au maximum ! Lors du sexe oral, l’usage du préservatif est également nécessaire. Pour une fellation, on posera un préservatif externe, pour un cunnilingus, on fabriquera une digue, c’est-à-dire qu’on apposera sur la vulve un carré de latex.

Tu peux trouver des digues sans latex en vente si tu es allergique. Sinon, tu peux fabriquer toi-même une digue en découpant un carré dans un préservatif.

Alors, tu te sens moins perdu.e ? Tu as encore des questions ? Dis moi si cet article t’a aidé.e ! ♥

Written by 

2 thoughts on “Tuto sexo : le dépistage des IST et du VIH !

  1. Concernant le VIH, tu as écris “si tu souhaites te dépister suite à un rapport à risque, le mieux est d’attendre une à deux semaines pour faire un premier test et de renouveler l’opération quatre semaines plus tard”. Je pense que si on a un quelconque soupçon que le partenaire soit porteur du VIH, il ne faut surtout pas attendre aussi longtemps pour agir. Il existe une trithérapie d’urgence (un peu comme la pilule du lendemain, mais pour le VIH) dispo aux urgences. ça ne dispense cependant pas d’utiliser un préservatif, car c’est un traitement assez lourd.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *